Notre atelier de restauration

A deux pas du Faubourg Saint-Antoine qui fit la renommée des ébénistes et des peintres vernisseurs dès le XVIIIème siècle, l’atelier Lecchi a été fondé en 1972 par Jeannine et Edouard Lecchi, peintres décorateurs laqueurs. Anne et Isabelle, leurs filles, reprennent l’atelier dans les années 90 après des études universitaires et une formation dans l’entreprise familiale suivies de parcours personnels de peintres décoratrices pour l’audiovisuel et des architectes d’intérieurs. Anne est titulaire d’une maîtrise de l’Université Paris 1 sur « les altérations, la conservation, la restauration des meubles peints et laqués ». Isabelle est licenciée de la Sorbonne en Arts Plastiques. Flore Falcinelli, fille d’Isabelle, a rejoint l’atelier récemment. Diplômée de l’ENSAAMA Olivier de Serres, section laque, elle privilégie une démarche de plasticienne et ses créations attirent de nouveaux marchés, une clientèle de décorateurs et de collectionneurs. Notre atelier est en mesure de répondre à des demandes de travaux reposant sur des techniques très variées, tant en création qu’en restauration.

La restauration de laque

.« Nous avons eu la chance d’avoir pu côtoyer depuis toujours dans l’atelier familial des objets en laque. L’œil a appris à décrypter leurs divers procédés à l’interface de plusieurs domaines ». En effet, la laque, c’est un grand mot, magique, qui s’emploie indifféremment pour de nombreuses techniques et matériaux différents. Il y a tout un monde entre un laque de Chine, un laque du Japon, la laque européenne …. Eux-mêmes sont sous divisés en une variété de techniques. Le laque ou la laque ? La laque, au féminin, est utilisée pour désigner le matériau brut, résine naturelle - Rhus Vernicifera, la gomme laque -, vernis gras ou synthétique ; et le laque qualifie l’objet laqué.


Notre méthodologie de restauration d'anciens

Notre mission est d’offrir aux professionnels et aux particuliers un travail de conservation - restauration, de la boite en papier mâché, souvenir de famille, au paravent en laque de Coromandel du XVIIème. Nous sommes conscientes du fait que tous les laques ne sont pas « muséaux » et ne peuvent subir le coût de diagnostics scientifiques, d’examens radiographiques.

Après un examen approfondi de l’œuvre, nous étudions un protocole et un devis pour chaque objet.


Flore Falcinelli, créatrice

Diplômée de l'ENSAAMA en décor architectural option Laque, j'exerce depuis trois ans le métier de créatrice-laqueur..

A la jonction de l'art contemporain et des arts décoratifs, la laque est l'art de cacher et de révéler, elle résulte d'une alternance de superposition de couches et de ponçage. C'est un jeu, un va-et-vient permanent, qui lui donne sa profondeur et sa douceur. Le laqueur dispose d’une infinité de matières pour s’exprimer, elles transforment le rapport que l’on a avec la création, modifient notre cheminement sensible.